La terre vue d'ailleurs
[101] La terre vue d'ailleurs / Politique / Antilibéral / Compte rendu de la réunion des collectifs antilibéraux du 20/1/2007
Antilibéral : ATTAC
Jiba
Les interventions se sont essentiellement focalisées sur la présidentielle et l'appel à José Bové. Plus que la personne de José Bové, c'est la pertinence de présenter un candidat à l'élection présidentielle qui a concentré les débats. Les délégués ont très majoritairement exprimé leur soutien à l'appel (j'ai compté environ 40-50 interventions dans ce sens contre une demi-douzaine, sur un total de 75). Ces soutiens ne traduisent pas tous un "enthousiasme fou" mais plutôt une volonté de consensus. La capacité de l'appel à mobiliser au-delà des cercles militants a été mentionnée à plusieurs reprises.

Une forte tension était sensible entre les délégués et le collectif national, accusé de non-légitimité mais aussi de renoncement. Les membres du collectif national étaient beaucoup plus partagés sur la question présidentielle, et plusieurs considéraient que José Bové ne faisait pas consensus (notamment JL Gonneau et E Coquerelle) (Pour ma part, je pense que ce décalage s'explique en partie par le fait que le collectif national se base sur les PV qui remontent des collectifs. Or la situation évolue très vite, nous l'avons vu dans notre collectif. Les PV mettent du temps à remonter et ne reflètent plus forcément la situation actuelle des collectifs lorsqu'ils arrivent. Certains PV datent d'avant l'appel à José Bové, et cet appel a clairement changé la donne).

Des conditions ont été demandées à la candidature de José Bové : 1) une candidature dans le cadre des 125 propositions et du texte "ambition-stratégie" (avec parfois demande de clarification des rapports au PS) 2) qui soit collective, avec des porte-paroles 3) qui soit lié à aux législatives 4) qui demande le retrait des candidats de division

Il semble y avoir consensus sur le fait qu'une candidature n'est pas envisageable sans ces 4 points, et José Bové (qui était présent) s'est clairement prononcé en ce sens. S'il y a unanimité sur le point 4, la démarche à suivre en cas de non-retrait des candidats de division fait débat. Faut-il alors retirer notre candidat ou le maintenir ?

Plusieurs (j'en ai compté 10) interventions ont exprimé l'idée que nous ne pouvons pas être présents aux législatives sans être présents à la présidentielle. Le risque de récupération par le PCF des candidats unitaires législatifs a été évoqué plusieurs fois.

C Villier a évoqué la "peur de gagner". C Autain a fait une intervention "généralité" que j'ai personnellement trouvée un peu creuse. H ben Sadia était plutôt opposée à l'appel à José Bové, mais est en train de changer d'avis. RM Jennar s'est prononcé pour José Bové, et considère que c'était une erreur de mélanger des appareils et des individus. F Bavay et JJ Boislaroussie se sont prononcés pour José Bové. E Coquerelle a proposé d'être présents seulement aux législatives. J Bové a dit qu'il avait "envie d'y aller" et se fixe jusqu'au 1er février pour se décider.

Y Salesse et C Debons étaient très sceptiques sur la candidature de Bové, mais sous la pression de la salle, ils ont tout deux proposés de lancer la campagne pour Bové, tout en prenant rendez-vous en mars pour déterminer si nous maintenions notre candidature ou pas, en fonction des ralliements des candidats de division et de notre place dans les sondages. Cette position pourrait faire consensus.

À plusieurs reprises il a été proposé de faire des grands meetings unitaires, pour prendre le poul de la mobilisation et éventuellement lancer la campagne. Cela semble faire consensus.

La commission sur la présidentielle était très tendue ; il y avait beaucoup de monde et pas de micro, ce qui rendait les débats très pénibles à suivre. Je ne suis pas resté jusqu'au bout.
(ajouter un commentaire, éditer)