La terre vue d'ailleurs
[38] La terre vue d'ailleurs / Poésies
Poésies : Lyre
Jiba
Ce site n'est plus mis à jour. Veuillez visiter mon nouveau site personnel (qui reprend le contenu de celui-ci): http://www.lesfleursdunormal.fr
Mes chansons et poésies... les musiques aussi !

(Avis à ceux qui se croiraient malins : les chansons que je publie ici sont déjà protégés. Inutile d'aller faille l'imbécile en les déposant à la sacem...)
(ajouter un commentaire, ajouter une rubrique, éditer, archives, rss)
Jiba, 28/10/2013
Une magnifique chanson de Glenmor accompagnée à la lyre médiévale !

lamour_est_fleur.mp3

lamour_est_fleur.ogg
Notre dame des no man's land : contre l'aéroport Notre Dame des Landes, voilà un rock breton qui met la ouache, avec des tritons crêtés et joué à la lyre !



Bourrin et malin : le clip vidéo propose des éléments de réflexion sur le projet d'aéroport.

Et aussi un hommage à Glenmor, grand poète breton et grand poète tout court, pionnier de l'écologie... mais il reste encore des bardes pour défendre la Bretagne !

Licence CC-BY-SA : en particulier vous pouvez utiliser cette chanson et / la vidéo qui l'accompagne pour toute action contre le projet d'aéroport Notre Dame des Landes.

Et en bonus vous trouverez ci-dessous la partition !

notre_dame_des_no_mans_land.pdf
Voici quelques vidéos de chants accompagnés à la lyre médiévale, réalisées lors d'un week-end Fief et Chevalerie :

En el vergel de la reina

Une chanson séfarade du moyen-âge, avec en gest-star MK à la machine à carder la laine :



Lai voir disant

Ce lai fait partie de la légende de Tristan et Yseult. Écrit par Dinadan, il insulte violemment le roi Marc (époux d'Yseult, il est le "grand méchant" de la légende !). Le lai est ensuite joué et chanté par Eliot le harpeur devant le roi Marc lui-même !

Cette version du lai mélange les mélodies de deux manuscrits : celle dite "de Vienne" et celle "de Paris". Pour la seconde (qui correspond à la partie "rythmée" du morceau), je l'ai redéchiffré à partir du fac-similé du manuscript que l'on peut trouver sur le site oueb de la BNF. La lyre médiévale très est adaptée à ce lai, car cet instrument était très probablement utilisé à l'époque et dans la région où s'insère la légende de Tristan et Yseult (plus que les harpes triangulaires qui apparaissent plus tardivement, mais que l'on voit souvent sur les enluminures plus tardives).



Lamento de Tristan

Lamento de Tristan, en anglo-normand et traduction en français.



S'anc vos amei

Chant de troubadour du XIIIème siècle, en langue d'Oc et traduit en français par mes soins.

Voici un article (en PDF) récapitulant le travail réalisé sur le chevalet de la lyre médiévale, et notamment sur la réalisation d'un chevalet en ambre de la mer Baltique. Des enregistrements sonores des différents chevalets sont aussi disponibles, ainsi qu'un résumé en anglais à la fin de l'article.

chevalets.zip

chevalet_de_lyre.pdf
Nouvel enregistrement de musique médiévale à la lyre ! Licence CC-BY-NC-SA.

bien_cuidai.ogg

bien_cuidai.mp3
Un nouvel enregistrement plus lent... et qui me plaît mieux ! Licence CC-BY-SA.

ben_pode.mp3

ben_pode.ogg
Après une semaine de travail acharné... voici l'enregistrement de Ben Pode (cantiga de santa Maria 189) au chant et à la lyre médiévale ! Faites tourner ! Licence CC-BY-SA !

ben_pode.mp3

ben_pode.ogg
Suite et probablement fin de mes aventures "chevalet-resque" (ha ha !).

J'ai fini par comprendre pourquoi, avec le chevalet en ambre, le son était comme étouffé et manquait d'attaque et de brillance dans les aiguës. En fait le chevalet reposait sur la table de l'instrument uniquement sur la partie extérieure de ses pieds ! Sur plus de la moitié de la surface des pieds, il était possible de glisser l'épaisseur d'un ticket de carte bleue...

Après réflexion, cela est très probablement dû au fait que la table soit légèrement concave, à cause de la pression des cordes, alors que j'avais taillé le chevalet avec des pieds parfaitement plats. Pour les chevalets en bois, ce n'est pas un problème car le bois est assez souple pour s'ajuster de lui-même. Mais l'ambre est beaucoup moins souple et ne s'adapte pas !



J'ai donc ajusté les pieds de la manière suivante : d'abord, fabriquer et placer un chevalet temporaire plus grand que celui en ambre, et le placer juste à côté, afin de maintenir la pression sur la table tout en pouvant manipuler le chevalet en ambre. Ensuite, glisser un petit morceau de papier de verre fin (j'ai pris du 800) sous chaque pied. Appuyer sur le chevalet tout en retirant le papier de verre pour poncer le pied. Puis recommencer jusqu'à ce qu'on ne puisse plus glisser le ticket de CB sous le pied ! Quand tout est bon, remonter les cordes avec le chevalet en ambre et essayer... j'ai dû m'y reprendre à deux fois, car après la première tentative, l'un des pieds vibrait atrocement sur la table.

Après l'ajustement des pieds, le son de la lyre n'était pas terrible... puis au bout de quelques jours, il s'est dégradé encore plus. Je commençais à désespérer... mais après une semaine voilà que le son "revient" et s'améliore de plus en plus, tant en volume qu'en qualité !

Au final, le son est puissant mais très doux, cristallin, riche en basse (comme avec les précédents essais avec l'ambre), mais avec des attaques beaucoup plus nettes dans les aiguës. Et les harmoniques sont très faciles à jouer et sonnent merveilleusement bien !

Ci-dessous, les enregistrements habituels avec ce nouveau chevalet, ainsi qu'un enregistrement d'Amazing Grace joué entièrement en harmonique (!).

lyre_chevalet_ambre9.mp3

amazing_grace.mp3

amazing_grace.ogg

lyre_chevalet_ambre9.ogg
Encore un essai de chevalet, cette fois-ci en buis (merci François pour le bois !). Comme vous pouvez constater, le son puissant, notamment dans les aigus, mais en revanche plutôt pauvre dans les basses.

lyre_chevalet_buis.ogg

lyre_chevalet_buis.mp3
Voici un nouvel essai de chevalet, toujours en chêne mais cette fois-ci taillé dans une pièce de bois à fil courbe.

Il y a plusieurs exemples de pièces historiques en bois utilisant des bois avec le fil suivant la forme de la pièce : roue de vieille à roue, tête de lyre... et donc on peut faire l'hypothèse que, à une certaine époque, il était peut-être considéré comme "contre-nature" de tailler le bois dans un sens différent que celui de son fil... cette hypothèse m'a amené à essayer de tailler un chevalet dans une pièce de bois à fil courbe (au niveau du départ d'une branche), puisque le chevalet est fondamentalement une pièce courbe !

Sur la photo ci-dessous, les pointillés rouges indique le fil du bois.



Le résultat sonore est intéressant : par rapport à un chevalet "classique" avec le fil du bois parallèle à la table d'harmonie, le son est plus puissant et dure plus longtemps (plus de sustain). En revanche, il est aussi plus agressif... le fichier sonore suivant présente successivement le son obtenu avec le chevalet en chêne à fil courbe puis avec celui en ambre.

lyre_chevalet_chene_special_vs_ambre2.ogg

lyre_chevalet_chene_special_vs_ambre2.mp3